Designed by:

L'église Saint Etienne PDF Imprimer Envoyer

L'église de Saint-Estèphe, est dédiée à Saint-Etienne de Muret, le grand saint du Limousin (plus au Sud, vers Périgueux, le saint le plus populaire est Saint-Front). C'est ce même saint qui a fondé l'ordre des grandmontains auquel appartenaient les moines du prieuré de Badeix.

 

On distingue encore nettement trois nefs à l'intérieur de l'église : la première, la plus petite, date du Xème ou XIème siècle. La seconde date du XIIeme ou XIIIeme siècle, on peut y distinguer une croix de l'ordre de Malte, ce qui rattache l'église de Saint-Estèphe aux fameux moines-chevaliers. Ensuite, une troisième nef a été construite au XVeme siècle, plus vaste, car la paroisse était à l'époque prospère, ce siècle n'a connu ni guerre ni famine, et la population avait donc logiquement augmentée. On ne sait pas vraiment qui a financé les deux premières nefs, mais on sait, grâce au grand historien de la région Ribault de Laugardière, que la troisième a été construite grâce à l'argent des Pompadours, seigneurs de Piégut à qui l'église appartiendra jusqu'en 1733, date à laquelle elle sera rachetée par les La Ramière.

Le curé qui a marqué le plus durablement l'église Saint-Etienne était le curé Reys qui a fait dorer la chapelle Saint-Jean au fond de l'église et construire un autel. Il est d'ailleurs intéressant de noter que cet autel représente la Cène en donnant une saveur tout à fait locale à cet épisode. En effet, le pain que mange le Christ est du pain traditionnel tel qu'on le trouve dans nos campagnes. De surcroît il a un couteau, ustensile qui n'a probablement jamais été utilisé par Jésus, en tous cas surement pas pour couper le pain puisque dans ces régions le pain se présente sous forme de galettes que l'on coupe à la main.

En contrebas de l'église, on retrouve une fontaine de dévotion qui devait aider à la guérison des moutons.

 
DSCN3826.JPG